LES ORIGINE HISTOIRE DE COSTA REI

Comment est né Costa Rei ? Qui a construit la Costa Rei ? En quelles années la Costa Rei a-t-elle été construite ?

La Costa Rei et sa plage de sable blanc entourée de maquis méditerranéen et de nature sauvage, est restée une zone isolée et presque déserte peuplée uniquement de bergers qui ont conduit les animaux à paître jusqu’au début des années soixante.

En 1962, un jeune Belge de vingt-deux ans, originaire d’une ville près d’Aversa, tomba amoureux de cet endroit intacte avec sa mer cristalline et y lia son destin, son nom était Guido Van Alphen.

Le père de Guido possédait une agence immobilière en Belgique, mais les affaires ne marchaient pas bien à l’époque en raison du prix élevé des terrains en raison de l’investissement de nombreux colons revenus de l’ancien Congo belge.

Ils ont appris que le riche homme d’affaires Aga Khan a acheté à cette époque des hectares de terres côtières abandonnées en Gallura.

Ils sont arrivés en Sardaigne quand Marcel Stoffelen, un ancien colon belge propriétaire d’un terrain, a décidé de le vendre et de venir visiter l’île à la recherche d’achats intéressants.
Le père de Guido a envoyé son fils en 1962 avec Stoffelen pour évaluer les bons investissements à rechercher dans toute la Sardaigne, avec deux millions de lires de l’époque équivalent à environ 40 mille euros aujourd’hui.

Ils ont quitté Bruxelles pour Gênes à bord de leur BMW 1500, en bateau jusqu’à Porto Torres, s’arrêtant à Alghero, qui était considérée comme la porte d’entrée du tourisme sarde,
sont allés à Bosa mais n’ont pas trouvé ce qu’ils cherchaient.

Il ne restait plus alors qu’à découvrir la partie sud de l’île près de Cagliari où, grâce à leur contact, l’arpenteur Pietro Valerio, qui connaissait les plus beaux endroits du sud-est et les familles des bergers de Barbagia, qui étaient alors les seuls propriétaires terriens sur la côte sud-est.

Ils ont fouillé la partie ouest du golfe des Anges avec Santa Margherita di Pula, puis ont continué vers l’est jusqu’à Villasimius qui n’était qu’un petit village de pêcheurs et de mineurs.

Les prix du terrain n’étaient pas aussi favorables qu’ils le pensaient et ont été rejoints par un autre professionnel, Solinas, qui a conseillé de visiter la terre très intéressante de la ville de Muravera avec vue sur la mer.

La route pour s’y rendre était très exigeante, non asphaltée, complètement blanche.
Ils sont partis de Villasimius et sont arrivés à un carrefour qui reliait Castiadas à la mer, ils ont dû arrêter la voiture et continuer à pied en suivant un chemin où les bœufs passaient.

Guido van alphen d’occasion 1962
Ils montèrent une colline au milieu du green appelée “Monte Turnu” et s’ouvrirent à leurs yeux “un spectacle incroyable”.

Ce Monte Turnu était le gardien d’une plage blanche sans fin qui se terminait par une mer turquoise cristalline qui continuait vers l’autre montagne appelée “Capo Ferrato”.
Au milieu de cette étendue de sable et de maquis méditerranéen se trouvait le “Monte Nai” qui dominait toute la région.

Il y avait aussi un étang appelé “Piscina Rei” et une petite colline appelée “Sa Punta Rei”.

Le nom a été décidé : COSTA REI.
Le couple belge ne pouvait pas savoir que cette zone côtière entourée et protégée par cette nature luxuriante avait été découverte et habitée par des populations sardes néolithiques 5000 ans auparavant.
La preuve en est 22 menhirs à Piscina Rei datant de la culture Ozieri (3200-288 av. J.-C.) qui attestent que l’endroit était considéré comme magique.

C’est donc moi qui ai donné à ce territoire le nom de Costa Rei. Quelques années plus tard, il fut utilisé pour la première fois par l’Office Provincial du Tourisme de Cagliari.

C’était le printemps 1962, la nature était la maîtresse et tout était encore intact.
Guido a exprimé son intérêt pour environ 80 hectares de terres appartenant à deux familles de Villagrande Strisaili (Demurtas et Mighela) qui bordent le Cap Ferrato et occupent plus d’un kilomètre de côte. Ils ont été achetés à 200 l/m2 pour un total de 160 millions de lires.

Le Costa Rei a donc coûté 160 millions de lires en 1962.
Pour imiter l’Aga Khan et sa Costa Smeralda, cependant, il a fallu beaucoup d’argent et ensuite des financiers. Pour naître au Costa Rei, il fallait tous les travaux d’urbanisation et les services essentiels. Van Alphen voulait acheter le terrain à l’avance avec les deux millions et a ensuite commencé à vendre les premiers lots à payer pour les propriétaires.

Il a ensuite trouvé deux autres partenaires : Eddy Schillemans qui avait l’intention de construire un hôtel (qui deviendra plus tard la VILLA REI) et Frans Verhoeven qui voulait construire un village touristique.

C’est ainsi qu’est né le “COSTA REI SPA”.
Après 3 ans, en 1965, l’hôtel et quelques villas, un bar avec piscine d’eau de mer, étaient prêts. La “Villa Rei”, fut le premier établissement touristique construit sur la côte.

Avec les entreprises, les œuvres d’un très jeune architecte belge Eric Balliu, lauréat du prestigieux Premio Roma Architettura, qui avait décidé de tester son talent et sa créativité au Costa Rei, sont également arrivées au Costa Rei. C’est Eric Balliu qui a conçu la conception des premières Villas, parfaitement intégrées à l’environnement, faites d’un toit plat et couvertes de terre pour pouvoir cultiver un jardin. L’idée, aujourd’hui très actuelle, est née avec l’intention de rendre invisibles les bâtiments de la Méditerranée, afin de ne pas gâcher le paysage sauvage et suggestif qui serait présenté aux premiers invités du Costa Rei.

En raison de la bureaucratie italienne qui, même alors, a joué un rôle fondamental, malheureusement, n’est jamais arrivé le financement souhaité et puis les deux partenaires Stoffelen et Verhoeven mis en place sur leurs propres.

La loi “Pont” pour les zones de baignade prévoyait des permis uniquement en présence de plans de lotissement municipal et a frappé durement les rêves de Guido Van Alphen.
Le terrain ne pouvait plus être vendu et ne payait pas les propriétaires qui investissaient également dans d’autres terrains à Monte Nai et Piscina Rei (hectares de terrain à Piscina Rei et autres hectares le long de la côte de Sarrabus, le soi-disant “Monte Nai”) qui lui permettaient d’avancer jusqu’en 1967.

Guido essaya de réaliser son rêve en gérant également l’Hôtel Califfo entre Cagliari et Villasimius, mais la fin arriva en 1971 lorsque les autorités fiscales italiennes lui demandèrent des impôts non payés par des actes de vente dont il était le procureur.

C’est Yvan Verschelden et Herman Taillieu qui ont réalisé le projet.

La fin de tout était arrivée, il avait tout perdu et ses rêves avaient pris fin, il est rentré chez lui.
“En Sardaigne – il a écrit il y a quelques années dans une lettre – je n’ai plus rien. Je n’ai laissé que mon cœur”.

FAITES CONNAÎTRE À VOS AMIS L’HISTOIRE DE  COSTA REI !

[addtoany]

WhatsApp chat